ORGANISA. UN COMBAT DE LUTTE

Bonjour,


Vu le nombre de contacts que jai eu sur
la lutte erotique.

Je souhaite organiser un tournoi avec plusieurs mecs , les perdants devront faire les gages donner par les gagnants.

Tous ceux  qui sont intéressés  laisser moi vos coordonnees ds les commentaire ainsi que les gages que vous êtes pret  éffectuer.

Je vous contacterez pour mieux connaitre vos limites
ainsi que vos gouts .

Je suis du Limousin et plus précisément de Brive

Pensez à me laisser vos coordonnees pour que je puisse vous rappeler dans le lien suivant


Mise en relation ou organisation plan


Mardi 10 mai 2 10 /05 /Mai 19:16

Je venais d’avoir 17 ans et mes parents décidèrent de me faire passer mon permis de conduire en conduite accompagnée avant de passer mon bac l’année suivante.

J’allais donc m’inscrire dans une auto-école proche de chez moi afin de commencer le code et la conduite.

 

La semaine suivante au cours de mois de mai j’allais à mon premier cours de code, j’étais curieux et inquiet. Lorsque le moniteur  entra dans la salle, je fus ébloui par ce jeune gaillard d’une vingtaine d’année au sourire et au regard enjôleur, je suis dis que j’aimerais bien l’avoir en conduite, mais il y avait plusieurs moniteurs et monitrice dans cet établissement. Cette première séance fut catastrophique, il m’encouragea en me disant que c’était normal pour une première fois, que cela serait plus pratique si je commençais en même temps la conduite.

 

Il prit son agenda et nota ma première heure de conduite la semaine suivante, j’étais ravi et inquiet.

En rentrant à la maison j’averti mes parents de mes premiers résultats et que le moniteur m’avait conseillé de prendre des leçons de conduite en même pour faciliter le code, ils étaient tout à fait d’accord.

 

Le soir dans mon lit je pensais à ce moniteur et son visage restait imprégné dans ma mémoire.

Le mercredi suivant j’arrivais en avance à ce premier cours de conduite, il arriva à 14 heures au volant d’une 206, il sortit pour me serrer la main et d’indiqua de m’asseoir à coté du chauffeur pour aller dans un endroit dégagé pour m’expliquer les rudiments de la manipulation de la voiture. Pendant le parcours il me dit qu’il avait 22 ans qu’il était célibataire, moniteur depuis un an cela lui plaisait beaucoup, il rencontrait pleins de jeunes qu’il discutait beaucoup.

Après quelques minutes de route, nous arrivons sur un parking, je m’installais au volant pour commencer à toucher les différentes commandes, pour m’expliquer le maniement de la boite de vitesses, il posa sa main sur la mienne afin de manipuler le manche dans tous les sens, j’étais ému de sentir sa main sur la mienne.

Le soir avant de m’endormir, je pensais toujours à ce moniteur et sa main sur la mienne, ce qui provoqua une bonne érection dans mon pyjama. Je prenais goût à la conduite et attendait avec impatience les prochaines leçons.

Je prenais les leçons rapprochées afin de pouvoir conduire avec mes parents pendant les vacances. La suivante se déroula toujours dans l’apprentissage de la boite de vitesses, en début de leçon il me demanda si je me rappelais de la manipulation du levier, car aujourd’hui je devrai l’utiliser seul, je répondis qu’une révision serait la bienvenue, il posa de nouveau sa main sur la mienne pour une remise à niveau, je tremblais de sentir ce contact, je pense qu’il s’en aperçut.

Nous voilà donc parti sur une route en ligne droite bordée d’une forêt avec des parkings de chaque côté, à chacun d’eux, je rétrogradais, puis repartais jusqu’au prochain avec le même scénario. Sur le dernier parking, il me dit qu’il voulait pisser, que je l’attende dans la voiture, il se positionna de biais, je pouvais voir l’urine couler, sans voir son sexe, déjà, je fantasmais en l’imaginant se tenir la  verge en se décalottant , je sentais dans mon jean grandir mon sexe, à un moment, il se retourna légèrement vers moi comme pour me surveiller, mon regard était fixé sur sa verge à moitié décalottée  finissant de pisser, il se décalotta plusieurs fois complètement pour évacuer les dernières gouttes, j’étais comme hypnotisé, son sourire en disait long sur la fixité de mon regard.

 

J’apprenais assez vite la conduite, le code se passait aussi bien, il avait commencé à me parler de questions mécanique que j’aurai le jour de l’examen, un jour de juin, la chaleur m’avait fait mettre un bermuda pour cette leçon, je fus agréablement surpris que mon moniteur aussi, me faisant remarquer que nous avions eu la même idée. A moitié de la leçon, il  me fit arrêter dans un bout de route désaffectée cachée par de la végétation, ouvre le capot et révise la mécanique, je t’interrogerai après avoir pissé. Il se posta à côté, et là je pouvais voir qu’il  tenait son te shirt  sous le menton, qu’il baissa le haut de son bermuda pour sortir tout le paquet afin de mieux pisser, j’étais aux anges, je pouvais voir entièrement l’objet de mon désir, ses boules rasées, son gland largement décalotté, pendant qu’il pissait, je sentais  une érection tellement forte sous mon bermuda que cela devenait impossible de la cacher, ayant fini de pisser, il s’approcha sans avoir rangé son matos,vit sans réserve mon érection, « ben dit donc, cela te fait de l’effet de me voir pisser ! ‘ fait voir un peu,et en même temps tire sur l’élastique de mon bermuda d’où jailli mon sexe raide comme la justice nous sommes maintenant à égalité nous n’avons plus grand chose à nous cacher. Sur le chemin du retour nous avons discuté, moi lui racontant que j’aimais bien mater mes potes de lycée en maillot de bain ou en slip lors des séances de piscine ou au sport, même parfois de jeter un coup d’œil furtif lorsqu’ils sortaient de la douche en essayant d’éviter l’érection fatale. Lui m’annonça qu’il m’avait volontairement mis un rendez-vous le jour même afin qu’un autre moniteur ne se charge pas de toute  ma formation.

Ma formation au code se terminait il me restait encore deux heures avant de passer l’examen, c’est pour cela qu’il me proposa de suivre les cours entre 19 et 21 heures, qu’il me ramènerait chez moi après. Il me félicita d’avoir fait  zéro fautes pour se dernier test. Après que tous les élèves soient partis, alors qu’il finissait de ranger les papiers, il me demanda d’aller vérifier dans la salle de code si le vidéo projecteur était bien éteint. Après avoir vérifié, au moment où j’allais ressortir de la salle, il me colla au mur et m’embrassa avec fougue, je n’ai pas résisté à cet assaut me demandant si la porte du bureau était restée ouverte au risque de se faire surprendre. Entre deux souffles, il me rassura en disant qu’il avait éteint l’enseigne et  fermé la porte à clé, je me détendis et profitais à fond de ce moment tant attendu. Ses mains me caressaient le torse, le dos descendirent jusqu’à mon bermuda et pénétrèrent  pour atteindre mon sexe déjà bien tendu allant flatter les bourses, j’étais aux anges le laissant faire ce qu’il voulait de mon corps, jusqu’à enlever mon te shirt, baisser mon bermuda, mon caleçon et me caresser les fesses, faisant passer une main entre mes jambes, que j’écartaient pour faciliter cette exploration, depuis un moment sa main  avait massé ma verge et dégager mon gland de son prépuce protecteur, rendant plus sensibles ses effleurements. Je me retenais le plus possible de ne pas tout lâcher tellement le plaisir était fort, je ne voulait pas le priver de son plaisir et du mien, lorsque sa bouche happât son sexe je le dégusta avec douceur et délicatesse, jamais encore je n’avais senti pareil plaisir et sans pouvoir rien retenir j’éjaculais violemment dés qu’il  s’était retiré, il  avait fini de sa main de manière à vider la totalité de mes testicules, assez épuisé par tant de plaisir, je m’appliquais à le masturber – chose que je n’avais jamais fait à un garçon – jusqu’au moment où son corps se tendit et lâcha une grande quantité de sperme. Au lavabo des toilettes, nous nous lavâmes mutuellement avant de nettoyer le sol de ce baptême – qui je pense n’était pas le premier pour cette salle de code.

 

Ayant passé mon examen de code avec succès, mon moniteur Aurélien avait décidé de fêter chez lui cette réussite avant que je ne parte pendant un an pour conduire avec mes parents.

Ce fut décidé que cela se ferait au début de vacances juste après la fin de l’année scolaire, j’avais prévenu mes parents que je dormirai sur place à cause de la soirée qui durerait. J’arrivais vers 19 heures avec une bouteille de whisky achetée sur le chemin, mon cœur battait en sonnant à la porte de l’appartement, Aurélien m’ouvrit en short et t-shirt blanc, mules aux pieds, entre me dit-il, j’ai invité aussi d’autres élèves, - je commençais à regretter la soirée que nous allions passer. En entrant dans le salon il y avait deux autres élèves à qui j’avais parlé à l’auto école, l’un s’appelait fabien, l’autre julien en jeans, t-shirt et chemisette.

Ils m’accueillerent avec des cris de joie en voyant la bouteille. Aurélien dit que nous allions passer une super soirée. Les verres commencèrent à se remplir avec du champagne pour le succès de tous, puis ce que chacun avait apporté entre tequila, et autres alcools. Au fur et à mesure que la soirée s’avançait, les  tabous commencèrent à tomber, les discussions se situaient de plus en plus en dessous de la ceinture, jusqu’au moment où Aurélien proposa le jeu du dé streamer dont la règle consistait à lancer deux dés, à tour de rôle, si un double sortait on gardait un vêtement, autrement on devait en enlever un, si un autre double venait on pouvait en récupérer un au choix des autres joueurs, celui qui se trouvait à poil ne jouait plus en attendant que les autres soient aussi à poil, ensuite lorsque tous  étaient nus, on relançait les dés en inversant, un double un gage était donné à celui qui avait lancé les dés. Il fallait que nous ayons tous le même nombre de vêtements, les chaussettes, un t-shirt, un pantalon et un sous vêtement. L’alcool aidant tous furent enthousiasmés par l’idée, on poussa la table, fermions les stores. Assis en rond sur le tapis, nous faisions l’inventaire de nos vêtements. Aurélien garderait son short, moi mon jogging, julien et fabien leur jeans. Aurélien jeta les deux gros dés blancs centre pour faire deux chiffres différents – éclats de rire – et ses chaussettes disparurent, julien fit un double et souffla de soulagement, fabien eu moins de chance et du enlever sa chemise, moi j’ôtais aussi mes chaussettes. Après plusieurs jets ce fut Aurélien qui se retrouva le premier en jok, un cri d’admiration s’éleva du groupe car il laissait voir un paquet avantageux, assis en tailleur on pouvait voir un début de couille rasée, julien ne tarda pas à se retrouver en slip qui ne pouvait dissimuler une  légère érection, fabien et moi avions encore notre t-shirt et nos caleçons, il serait certain qu’au prochain tour l’un des deux serait à poil et ce fut Aurélien qui ôtât ce qui lui restait d’habit pour laisser apparaître un service trois pièces des plus conséquent, son sexe régulier ni trop long, ni trop épais avec un prépuce recouvrant un gland naissant, - je pense qu’il doit être fier de nous montrer son trésor – J’étais sur que tous bandions dans nos caleçons. Il était pour un moment hors jeu, nous laissant finir la première partie, les tours étaient rapprochés, julien pu gagner sa chemisette tant dis qu’en deux coups je me retrouvais nu comme un ver, ne pouvant plus cacher mon érection et mes couilles poilues, ce qui fit rire les deux autres, julien perdit tout le reste laissant voir son sexe long et fin un peu perdu dans une toison blonde et épaisse et des couilles plus petites, mais aussi raide que la mienne, il ne restait plus que fabien qui se fit déshabillé de force par les trois autres qui purent voir sa bite demi molle,  pas très grande, plus épaisse, lui n’était pas circoncis, mais les poils plus entretenus que nous. Enfin Aurélien retira ce qui lui restait, laissant voir un sexe entièrement rasé, le plus gros de nous trois, lui le moins gené puisqu’il ne bandait pas, qu’il écarta les jambes pour se soulever les couilles.

Je savais qu’il était entièrement rasé, les autres non, leur cris de surprise saluant cette vision, au point que julien lui demandant si il était rasé de partout, bien sur répondit Aurélien. T’es pas cap de nous le montrer dit fabien. Sans se faire prier, Aurélien bascula sur le dos offrant des fesses en l’air et les écartant pour que l’on puisse constater qu’en effet sa rondelle était rasée de près. Nous fumes admiratif d’un tel spectacle, car aucun de nous étions rasés.

La partie la plus scabreuse allait se dérouler, tous en ronds, chacun se tripotait comme pour se rassurer, la main de fabien tentât d’aller saisir le sexe de julien qui fit un écart, le premier gage fut pour moi, je tirais dans un plat un papier plier en quatre, tous étaient impatients de savoir à quoi je serai soumis, la sentence fut un rasage complet, un peu terrorisé, fabien me saisi les bras pour me coucher sur le dos, pour ne pas bouger, il posa ses jambes sur mes bras – ses couilles et son sexe juste au dessus de mes yeux – pendant que julien me tenait les jambes écartées, mon sexe dressé comme un mat de bateau, Aurélien apporta la mousse à raser et le rasoir qui me faisait peur d’être coupé, ce qui me fit débander, il commença par couper les poils les plus longs au ciseau, étala doucement la mousse, commença le rasage par le haut du pénis, souleva mes couilles pour raser le dessous, le rasoir glissait sans aucune douleur, occupé de temps en temps à mater les couilles et le sexe toujours aussi raide de fabien. La séance de rasage terminée, Aurélien me nettoya avec minutie toutes les parties où la mousse était encore présente, puis mis une crème adoucissante, je dernier massage fit reprendre de la vigueur à ma bite, Tous me regarderent avec mon allure de gamin, je trouvais un plaisir de passer mes mains sur cette peau lisse, caressant ma tige, la décalottant d’un mouvement de va et vient que julien n’hésitait pas regarder avec insistance, qui lui maintenait une bite toujours aussi raide.

Qui serait le suivant, ce fut justement julien qui tira un papier avec inquiétude sur son gage, pendant que nous rigolions, ce fut de me sucer pendant cinq minutes, je fus surpris qu’il ne se fasse pas prier, je m’installais sur le haut du canapé pour être à sa hauteur, jambes écartées, il approcha sa bouche doucement, pour commencer à goûter mon gland, puis petit à petit sa bouche engloutissait mon sexe, le va et vient s’accélérait, je crus que j’allais jouir, mais le sablier mit fin à cette pipe. Il était temps dis-je, j’allais tout t’envoyer.

Il ne restait qu’un seul papier dans le bol ce qui déclencha un tollé protestant qu’un de deux autres n’aurait pas de gage. Ce fut Aurélien qui d’office pris le dernier papier croyant sauver fabien, que nenni !  Fabien devait branler Aurélien pendant dix minutes pour qu’il jouisse sous peine de se faire goder avec l’objet qui était dans le tiroir. Aurélien s’allongea sur le tapis, les mains sous la tête pour ne pas rater la manipulation de fabien qui saisit le sexe à peine dressé, il le décalotta jusqu’au maximum écartant l’uréte, qui commençait à grossir de plus en plus avec espoir que jaillisse le jus de son immunité, Aurélien se retenait de plus en plus, jetant un coup d’œil sur le chronomètre, pendant qu fabien s’activait, n’hésitant pas à palper les bourses, passant la main entre les jambes jusqu’à toucher la rosette d’Aurélien espérant de tout cœur qu’il éviterait son gage. Peine perdue, le chrono sonna le glas. Les deux compères qui n’avaient pas raté une seconde le branlage et l’ardeur que mettait fabien pour arriver à ses fins le saisirent par les bras et les jambes,  il se débattait le bougre, julien eut l’idée de lui attacher les mains avec du ruban adhésif, se sentant perdu fabien gigotait moins bien qu’il bougeait les jambes dans tous les sens en voyant le gode que tenait à la main Aurélien, ils en profitèrent pour le poser sur la table les bras en arrière, les jambes en l’air, il protestait toujours ou tout du moins jouait la comédie  tant sa bite était tendue au maximum. Les deux bras immobilisés, on s’occupait de lui écarter les fesses, Aurélien sortit la crème dont il enduit la rondelle, puis doucement il fit pénétrer un petit gode, au début fabien se raidit, puis se détendit, laissant l’objet pénétrer plus profondément, Aurélien était doux, le mouvement s’accélérât, fabien commençait à geindre de plaisir – j’étais jaloux de ce qu’il devait ressentir– le plaisir devint tellement intense que sans rien faire plusieurs jets de sperme giclèrent sur son torse, tandis que je finissais de me branler pour ajouter le mien sur le sien. Il n’y avait que julien qui n’avait pas joui, alors  je lui saisi son sexe  en lui interdisant toute intervention de ses mains, le laissant à mon bon vouloir, il protestât alors Aurélien bloqua ses bras dans son dos  pour que je puisse soigneusement le branler  pendant que mon autre main passait entre ses jambes pour aller mettre un doigt dans son anus, ce qui me surpris c’était avec quelle facilité il y pénétra, au point qu’un deuxième s’y glissa, j’arrivai à synchroniser les deux mouvements jusqu’au moment ou ma main droite se retrouva inondée de sperme.

Après une telle débauche nos queues reposées, il fallu encore quelques rasades pour reprendre nos idées avec beaucoup de fou rire tous sous la douche sans aucune genet bien que nos mains se baladaient sur les autres corps repus.

C’est tard dans la nuit que cette fête finit, nous avons tous dormis chez Aurélien, nous nous sommes réveillés vers midi le visage fatigué, mais le regard empli de satisfaction du bonheur accompli. Chacun reprit le chemin du retour en ayant découvert un immense plaisir tout en gardant le secret.

Commençant la conduite avec mes parents, les visites à l’auto-école furent rares. Julien avait obtenu son permis quelques semaines plus tard, heureux et fier de venir me le montrer à bord de sa vieille Clio que ses parents lui avaient trouvée.  Je pris place à bord inquiet de sa conduite, pour aller faire un tour dans la campagne, durant le trajet, il me rappela la soirée chez Aurélien qu’il avait trouvé super, qu’il en referait bien une autre, je lui fis part de mon approbation. Il me dit « je suis sur qu’en ce moment tu bandes comme moi », non dis-je avec un sourire,  « prouve-le »

Je te dis que non

Montre alors

Arrête –toi, si non on va avoir un accident

Il s’engouffra dans le premier chemin à droite pour déboucher sur un champ entouré de haies.

Alors maintenant fait voir !

Je baissais mon bermuda pour laisser apparaître ma bite molle entre mes jambes.

A ben ça alors tu t’es rasé, comme Aurélien.

Depuis cette soirée, j’ai trouvé très agréable de me toucher lorsque j’étais rasé. Tu devrais essayer.

Ben merde ! j’étais sur que tu bandais comme moi regarde,

En baissant son jeans sa bite était tendue. Tu peux la toucher maintenant que nous sommes arrêtés.

 Il baissât jusqu’aux pieds son jeans pour me faciliter la tache.

Ma main gauche s’empara de sa queue, la droite caressait les boules jusqu’au moment  où je la pris en bouche pour le sucer. Il avait incliné le dossier pendant que je le pompais, dans un gémissement il cracha tout dans ma bouche, je fini jusqu’à la dernière goutte pour bien le nettoyer. Je bandais comme un taureau, je lui ai demandé de me branler, il le fit si bien qu’un jet de foutre s’écrasa sur le tableau de bord. Dans un éclat de rire il me dit qu’elle était baptisée.

Les vêtements sur les genoux, nous pissions cote à cote avant de repartir vers la maison.

C’est au cours de mon dernier rendez-vous pédagogique avant l’examen  que j’appris qu’Aurélien avait quitté l’auto école. Je ne revis plus mes collègues de fête, car une année s’était écoulée. Cette année là je réussi mon bac et mon permis………

 

 

Suite au prochain épisode…… Bonne lecture.

Par jeux-gages-exhib-voyeur-fantasme
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Retour à l'accueil

Profil

  • jeux-gages-exhib-voyeur-fantasme
  • jeux gage exhib fantasme voyeur
  • Homme
  • 27/11/1971
  • gay exhib fantasmes jeux limousin
  • mec Bi sur Brive la Gaillarde limousin

Présentation

Images Aléatoires

  • 141205000.jpg
  • 6
  • bondageplus 20070227 181731

Liens

Derniers Commentaires

Créer un Blog

Recherche

Calendrier

Mars 2017
L M M J V S D
    1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30 31    
<< < > >>
Créer un blog sexy sur Erog la plateforme des blogs sexe - Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés